vendredi 12 janvier 2018

[K-Drama] « Because this is my First Life », mais pourquoi se marier ?

Because this is my First Life - 이번 생은 처음이라
Voici mon premier drama coréen fini en 2018 : Because this is my First Life (이번 생은 처음이라). Un bien chouette série de 16 épisodes diffusés fin 2017 sur tvN. J’avais commencé cette série en décembre, mais depuis quelques semaines j’avais laissé la série en pause avec le treizième épisode. Mon emploi du temps et les fêtes m’avaient ralenti, toutefois quelques petites choses m’ennuyaient légèrement aussi.

Yoon Ji Ho est assistante scénariste, suite à une succession d’événements, elle va se retrouver sans logement et sans les moyens de louer quelque chose. Nam Se Hee est informaticien, trentenaire, célibataire et propriétaire d’un appartement et d’un chat. Il ne recherche aucunement une épouse, mais d’un locataire qui correspond et s’adapte à son style de vie. 

Je ne vais pas nier le plaisir que j’ai eu à suivre cette belle série. Au-delà de sa réalisation soignée à laquelle les dramas coréens m’ont désormais habitué, au-delà de son OST des plus appréciables en particulier deux pistes (celle ci-dessous et celle-là qui est vraiment belle et émotionnellementforte), un chat adorable (oui), on nous offre aussi une belle histoire qui sait aussi être souvent assez drôle, avec un scénario en trois déclinaisons.
En fait, si je devais préciser la nuance dans mon introduction, peut-être étrangement, je dirais que ce drama a trois défauts : ses trois couples. Sur l’affiche, de haut en bas (et ci-dessous) : Yoon Ji Ho (jouée par Jung So Min) avec Nam Se Hee (joué par Lee Min Ki), Woo Soo Ji (Lee Som) avec Ma Sang Goo (Park Byung Eun) et Yang Ho Rang (Kim Ga Eun) avec Shim Won Seok (Kim Min Suk).

Because this is my First Life - 이번 생은 처음이라Because this is my First Life - 이번 생은 처음이라
Because this is my First Life - 이번 생은 처음이라Because this is my First Life - 이번 생은 처음이라
Because this is my First Life - 이번 생은 처음이라

Ce sont trois couples que j’ai réellement appréciés. Pourtant, je pense qu’aucun des trois ne justifie pleinement une série de 16 épisodes de plus d’une heure chacun. Le couple atypique formé par Yoon Jo Ho et Nam Se Hee constitue le cœur de la série, le couple le plus travaillé et donc le plus important. C’est autour de lui qu’est développé en priorité toute une série de questionnements : en particulier qu’est-ce qu’aimer, qu’est-ce qu’un mariage ? Ces questions reviennent dans chaque couple comme un échos, notamment celle du mariage avec Ho Rang et Won Seok qui vivaient ensemble depuis déjà 7 ans.
Toutefois, en particulier sur la seconde moitié de la série, j’ai eu l’impression que les scénaristes tiraient un peu trop sur la corde pour faire durer le drama. On pouvait se douter pour un événement, ce n’est pas vraiment un spoiler (dramaland et ses habitudes) : l’ancienne petite-amie de Se Hee va apparaître. Autant j’ai apprécié ce personnage, Go Jung Min, autant j’ai trouvé la coïncidence des rencontres plutôt ratées. Séoul est une bien petite ville et avec bien peu de diversité dans les métiers... Quelques signes préfiguraient ce genre de ficelles facile pour étirer l’histoire, mais cela est devenu plus flagrant avec l’arrivé de ce nouveau personnage qui, auparavant, hantait déjà plus ou moins ce couple inhabituel. Bref, je vais éviter de spoiler la série.


Ce genre de manque se retrouve un peu avec chaque couple (et dans beaucoup de dramas en fait). Les « rivaux » pour Ho Rang et Won Seok s’inscrivent parfaitement dans ce schéma de facilité. En fait, seuls Soo Ji et CEO Ma arrivent à esquiver un peu plus ce léger problème, peut-être aussi parce qu’il y avait moins de choses à raconter avec eux deux. Je dis bien aussi « léger problème », car, honnêtement, ce n’est pas si problématique pour apprécier le drama. Et j’ai réellement aimé cette série.

Because this is my First Life - 이번 생은 처음이라Because this is my First Life - 이번 생은 처음이라
Because this is my First Life - 이번 생은 처음이라Because this is my First Life - 이번 생은 처음이라
Because this is my First Life - 이번 생은 처음이라Because this is my First Life - 이번 생은 처음이라
Because this is my First Life - 이번 생은 처음이라Because this is my First Life - 이번 생은 처음이라

Si nous avons trois couples, comme je le disais, la série se concentre en grande partie sur Se Hee et Ji Oh. Leur relation est basée au début sur un contrat de mariage gagnant-gagnant, mais entre propriétaire et locataire, sans amour. Même si Ji Oh ressent quelque chose dès le début. Sans s’en rendre pleinement compte. L’amour suivra. Rapidement d’un côté, lentement de l’autre. Et assez joliment en fait. Se Hee ne sait pas exprimer ses sentiments, en particulier à la suite d’un épisode douloureux qui l’a amené à se renfermer sur lui-même. Ji Oh, longtemps occupée (exploitée) par son travail de scénariste, n’a jamais connu l’amour et n’a même jamais réellement connu quelqu’un. Paradoxalement (ou pas), c’est une femme très hésitante, qui se questionne sans arrêt, mais qui, une fois sa décision prise, ne va jamais reculer. Cela commence avec ce contrat de mariage et se conclue avec sa toute dernière décision dans la série, avant la conclusion. Celle-ci paraît quand même des plus étranges, quoi qu’on veuille et même si j’ai adoré voir se conclure cette dernière péripétie.
Au final, j’ai vraiment beaucoup apprécié ce couple, sa construction, la façon avec laquelle les questions étaient amenées – c’est une série assez intelligente niveau des dialogues –, mais je n’ai jamais ressenti une émotion profonde. Pour un drama basé sur un contrat de mariage, je préfère amplement le japonais NigeHaji, moins sérieux dans son approche, mais son couple m’a beaucoup plus touché et séduit.

Because this is my First Life - 이번 생은 처음이라Because this is my First Life - 이번 생은 처음이라
Because this is my First Life - 이번 생은 처음이라Because this is my First Life - 이번 생은 처음이라

Malgré leur qualité respective, aucune des trois histoires ne suffit pleinement au drama, toutefois l’intelligente association des trois est sans doute la principale qualité de la série. Ainsi, au final, nous n’avons pas une romance, mais trois, toutes étroitement impliquées par les belles relations d’amitiés et de travail. Et, comme souvent avec cette série, assez intelligemment.

Because this is my First Life - 이번 생은 처음이라
Because this is my First Life - 이번 생은 처음이라Ji Ho et Se Hee forme mon couple préféré de la série… mais ils ne sont pas mes personnages préférés. Ma préférence va vers Ma Sang Goo (joué par Park Byong Goo) qui m’a beaucoup plu avec son caractère, sa vision d’une relation, son attachement pour la caractérielle et active Woo Soo Ji. Yang Ho Rang et Shim Won Seok formait un couple mignon, mais tourmenté par cette idée de mariage qui finalement les éloigna (mais on ne pouvait que se douter de la conclusion quand même). Avec ce dernier couple, j’ai aussi ressenti une impression de manques dans la narration : le plus mignon couple d’un certain côté, mais le moins intéressant scénaristiquement parlant.

Because this is my First Life - 이번 생은 처음이라Bref, Because this is my First Life est une très bonne série qui se laisse réellement apprécier, avec de beaux moments parfois drôle, parfois touchant. Elle a de nombreuses qualités, en particulier son panel de personnages humains et attachants pour former trois couples intéressants à suivre et à voir évoluer. Intelligemment, la série compense ses faiblesses en alternant les séquences avec ses différents couples. Chacun pris de manière isolée, je pense que je me serais parfois un peu ennuyé, mais pris ensemble, Because this is my First Life est une série très agréable qui me laissera de bons souvenirs.

dimanche 7 janvier 2018

JY, son nouveau double single avec « Secret Crush ~ Koi Yamerarenai » & « MY ID »

JY - Secret Crush~恋やめられない~ - MY ID
Je vous avais déjà parlé de la chanteuse JY (Kang Ji-Young) il y a quelques mois, avec notamment son album qui contenu toute une série de chansons vraiment très chouettes. J’ai continué à suivre cette chanteuse coréenne qui fait carrière au Japon.
Je ne vais pas m’attarder ici sur les titres digitaux qu’elle a sortis depuis : un remix de « Sukina Hitoga Irukoto » (bien moins sympa que l’original) et le sympathique « Goldmine ». Plus intéressant, elle a sorti en fait le 20 décembre  (2017) dernier un nouveau double single en version physique avec comme titre « Secret Crush - Koi Yamerarenai » (Secret Crush~恋やめられない~) et « MY ID ». Sans dire que ce sont des réels coups de cœur, ce sont des titres que j’ai appris à apprécier après plusieurs écoutes.


N.B. : Malheureusement, la chaîne Youtube de JY n’est pas accessible en dehors du Japon (ces restrictions en 2018...), donc en attendant leur arrivée sur sa chaîne Vevo, les vidéos viennent dailleurs.

On a à faire ici à deux titres aux styles totalement différents, que ce soit sur le plan musicale mais aussi, visuellement, avec les clips.
Le clip de « Secret Crush - Koi Yamerarenai » raconte une histoire classique, en mode Cendrillon, avec une jeune femme qui vivait à la rue avant de trouver des petits boulots et surtout… l’amour (et la reconnaissance). C’est très ambiance conte de fée, princesse et paillettes. Le passage de la belle robe blanche et tous les visages qui changent me fait particulièrement sourire à chaque fois. Mais la musique aide vraiment à apprécier le titre, elle se concentre quant à elle plus la question de la recherche de l’amour, et le fait de ne pas renoncer. 

JY - Secret Crush~恋やめられない~JY - Secret Crush~恋やめられない~
JY - Secret Crush~恋やめられない~JY - Secret Crush~恋やめられない~


En fait, si j’aime bien le clip de JY… Je lui préfère un MV adapté pour le film pour lequel la chanson sert de générique : « Revenge Girl ». Ce dernier a été diffusé fin décembre au Japon avec Kiritani Mirei en actrice principale. Et, je l’avoue, je trouve cette dernière vraiment adorable dans ce MV ; j’ai du coup vraiment envie de voir ce film !

JY - MY ID« MY ID » est assez différent. J’aurais envie de dire qu’il est beaucoup plus coréen dans l’esprit. Avant cela, et ce qui n’est pas anodin : excepté quelques courts passages en japonais, l’essentiel est chanté en anglais. Le clip est essentiellement axé autour de la chorégraphie avec une danse travaillée, visuelle et millimétrée qui rappellera les années de JY en tant que Kang Ji-Young du groupe coréen KARA. Ce titre est peut-être d’ailleurs plus destiné pour son public dans son pays d’origine. « MY ID » n’est pas déplaisant, au contraire, il y a quelque chose d’accrocheur, mais je sais que sur la durée, ce n’est vraiment pas la chanson de JY que je vais le plus écouter. J’apprécie plus « Secret Crush ».


JY - Secret Crush~恋やめられない~ - MY IDEn fait, ce qui est intéressant dans ce double single, c’est cette dualité, ce double visage que montre JY, dans la continuité de son dernier album. Nous avons tout d’abord un titre très naïf, avec le rêve d’une belle vie après maintes difficultés. De l’autre, JY se montre sous un visage beaucoup sûr de lui, sûr de sa féminité n’hésitant pas à interpeller celui qui écoute.
Le packaging du single met aussi en avant cette dualité, avec d’un côté le visage de JY sur un fond rose (ci-contre ; perso… j’aime pas), et de l’autre JY, avec un regard plus appuyé, sur un fond rouge et bleu (voir début du billet).
Je me suis acheté le double-single dans sa version CD/DVD ; les deux titres sont accompagnés par une version instrumentale de « Secret Crush » et des deux clips ». J’ai apprécié le boitier cartonné supplémentaire.

En toute honnêteté, avec ce nouveau single, je n’ai pas retrouvé la JY que j’ai tant apprécié et réécouté tant de fois avec son album Many Face et des titres comme le classe « Fake » ou encore le joli « Jyoshimodoki ». Mais j’ai appris progressivement à bien l’apprécier, en particulier en ce qui concerne « Secret Crush - Koi Yamerarenai » qui reste une belle chanson, naïve, mais jolie.

samedi 6 janvier 2018

Bilan 2017 : les dramas

Il est l’heure de passer au bilan 2017 des dramas que j’ai visionnés. Il sera assez simple dans son format avec quelques podiums, mais aussi avant quelques petites réflexions personnelles.

Une année entre J-dramas et K-dramas


Une assez grosse année pour moi puisque j’ai testé pas quelques 42 dramas et même terminés 26 d’entre eux. Principale nouveauté de cette année : les dramas coréens. Oui, après des années à dire que « jamais » (ce fameux « jamais » à ne pas dire) je n’en regarderai, et même bien que j’aurais pensé. Lorsque j’ai découvert Goblin, the Lonely and Great God, j’ai vraiment dû accepter que non, les dramas ce n’est qu’au Japon. Et surtout que la Corée pouvait me plaire par ses séries.

Liste des dramas vus en 2017

N.B. : En lien, les critiques postées sur le blog.

J-Dramas terminés :
J-Dramas non-terminés (pause/abandon) :
  • Why Can't Seiya Todoin, 16-year-old, Get A Girlfriend? (4/9, 2014) 
  • Busujima Yuriko no Sekirara Nikki (1/10, 2016) 
  • N no Tame ni (1/10, 2014) 
  • Youkoso, Wagaya e (3/10, 2015) 
  • Border (1/9, 2014) 
  • Gaiji Keisatsu (1/6, 2009) 
  • Sanadamaru (5/50,2016) 
  • Atelier (1/13, 2015)
  • Code Blue S3 (5/1, 2017)
K-Dramas terminés :
K-Dramas non-terminés (visionnage/pause/abandon) :
  • Descendants of the Sun (7/16, 2016) 
  • Age of Youth (2/12, 2016) 
  • W (3/16, 2016) 
  • Strongest Deliveryman (8/16, 2017)
  • Kill me, Heal me (2/20, 2015)
  • Because this is my first life (13/16, 2017)

Au final, si le ratio est à l’avantage des J-dramas, 26 séries (pour 17 finis), contre 16 k-dramas (pour 10 finis), cela masque un réel retournement de situation dans l’année. En effet, j’ai essayé ou vu plus de la moitié de mes dramas japonais sur les premiers mois de l’année. Après avril-mai, retournement assez fort avec un bel enchaînement de titres coréens. Et surtout plusieurs coups de cœur d’affilé, évidemment Goblin, mais pas seulement. J’ai rapidement eu après un autre gros coup de foudre pour Strong Woman Do Bong Soon. Ce double combo m’a fait clairement passer ce Rubicon (que j’avais creusé moi-même, idiotement).

Pour autant, cette année 2017 ne m’a pas si éloigné des J-dramas que ça. Mon cœur reste du côté du pays du Soleil levant, même si j’ai appris à apprécier le pays du Matin calme. J’ai découvert de très belles séries et même plus avec quelques titres qui m’ont beaucoup marqué : Nigeru wa Haji da ga Yaku ni Tatsu (ou NigeHaji) ou aussi Itsuka Kono Koi wo Omoidashite kitto Naiteshimau (ItsuKoi). D’autres séries m’ont aussi beaucoup plu, en particulier Hirugao ou Dear Sister. Seulement, ayant été (et encore là maintenant) passé dans une phase découverte des k-dramas, j’ai laissé à ces derniers un peu plus d’espace du fait de ma curiosité attisée régulièrement par de belles découvertes.

Après ces mois de visionnages, je peux d’autant mieux constater et apprécier les particularités de ces deux pays en matière de séries live. Si je devais comparer, je dirais qu’il y a peut-être une chose qui les distinguent. La Corée réalise peut-être plus ses séries dans l’idée de plaire au-delà de ses propres frontières. Ils apportent un soin tout particulier dans le visuel, tout doit plaire visuellement (mais aussi aux oreilles) : la réalisation, les acteurs et actrices, etc. Les dramas japonais sont avant tout… japonais. Ces séries sont produites pour leur propre marché intérieur, non pour les exporter. Il y a juste à voir la disponibilité légale des J-dramas et des K-dramas sur la toile. Ces derniers, on va très vite les y trouver et cela très facilement – et c’est vraiment agréable –, même et surtout les séries récentes. Côté Japon, c’est bien plus compliqué. Regardez le catalogue de Viki, c’est flagrant (pourtant Viki appartient à l’entreprise japonaise Rakuten). Après la tentative avortée de Crunchyroll, j’ai compris que, les J-dramas en France, ce n’est pas pour aujourd’hui.
Les dramas, c’est un peu comme avec la musique : les Coréens sont bien plus doués, et volontaires (la clé est là je pense), que les Japonais pour s’exporter et plaire au Monde. Cette volonté japonaise qui existe bien avec les mangas et les animés n’est toutefois pas encore visible avec les dramas (et un peu aussi avec la musique… combien de fois, en France, la restriction des clips sur Youtube a pu m’agacer…).

Il est maintenant temps de passer aux podiums pour conclure cette année 2017.


Trophées de l’année


N.B. : Ces podiums concernent bien évidemment des séries que j’ai vues en 2017 et non pas forcement diffusées en 2017.

Podium J-Dramas



1er - Nigeru wa haji da ga yaku ni tatsu


2e - Itsuka Kono Koi wo Omoidashite kitto Naiteshimau
3e - Hirugao

Mentions spéciales :
Dear Sister
Kahogo no Kahoko

Podium K-Dramas



1er - Goblin, the Lonely and Great God


2e - Strong Woman Do Bong Soon
3e - Mirror of the Witch

Mentions spéciales :
Weightlifting Fairy Kim Bok-Joo
While you were sleeping

Super-Podium Dramas 2017


1er - Goblin, the Lonely and Great God
2e - Nigeru wa haji da ga yaku ni tatsu

3e ex-aequo - Strong Woman Do Bong Soo
Itsuka Kono Koi wo Omoidashite kitto Naiteshimau

Podium actrices japonaises



1er ex-aequo - Aragaki Yui (NigeHaji, The Memorandum Of Kyoko Okitegami, etc.)
Ishihara Satomi (Dear Sister, From 5 to 9)
3e - Arimura Kasumi (ItsuKoi)

Mentions spéciales :
Takahata Mitsuki (Itsukoi, Kahoko no Kahogo)
Kiritani Mirei (Sumika Sumire, Suki na hito ga iru koto)
Ueto Aya (Hirugao)

Podium acteurs japonais 



1er - Koura Kengo (ItsuKoi)
2e - Yamashita Tomohisa (From 5 to 9, Code Blue, etc.)
3e - Hoshino Gen (NigeHaji)

Podium actrices coréennes



1ère - Kim Go Eun (Goblin)
2e - Park Bo Young (Strong Woman Do Bong Soon, Oh my Ghost!)
3e - Lee Sung-Kyung (Weightlifting Fairy Kim Bok-Joo)

Mentions spéciales :
Kim Sae-Ron (Mirror of the Witch)
IU (Moon Lovers)

Podium acteurs coréens



1er - Gong Yoo (Goblin)
2e - Park Hyung Sik (Strong Woman Do Bong Song)
3e - Lee Jong Suk (W, While you were seleeping)

Mentions spéciales :
Lee Dong Wook (Goblin)
Lim Ju Hwan (Oh my Ghost!, Bride of the Water God)


****

Quels objectifs pour 2018 ?
Regarder encore plein de dramas. Qu’ils soient japonais ou coréens. Pour la Corée, je pense me concentrer encore sur des séries récentes, peut-être remonter un peu (2015-2017 par exemple), mais pas beaucoup plus. Je pense que j’ai de quoi faire avec ça. Pour le Japon, notamment en profitant du challenge de Luthien, j’aimerais creuser un peu plus dans les anciennes séries. Tout en essayant de rattraper mon retard sur les séries récentes et tenter à nouveau un asadora ? Bref, regardez des dramas. Encore et encore !

mardi 2 janvier 2018

Bilan 2017, du côté du blog

2017 a été une belle année pour le blog. Si je devais simplement résumer les douze derniers mois, ce pourrait être ainsi. Après une année 2016 vide comme le néant, j’ouvrais janvier avec un billet sur mon blog avec la possibilité de la réédition du manga Aria (aucune nouvelle depuis, malheureusement…). Ceci me donna envie de faire plus et redonner une vraie vie à mon petit coin perso sur la toile. Cela coïncidait avec une reprise assez intense de mes visionnages de dramas japonais. L’envie était là. Et elle est resté vivace tout au long de l’année. Je ne vais pas refaire un bilan ultra-détaillé, j’ai déjà eu l’occasion à deux reprises cette année pour faire le point, au spécial 100e billet puis pour les 6 ans du blog. Je me limiterai donc ici à quelques grandes réflexions.

Concernant mon rythme de publication, je suis plutôt content. Certains mois furent particulièrement chargés au niveau professionnel, surtout en mai/juin puis entre octobre et mi-décembre. J’ai cependant réussi à garder une cadence de publication satisfaisante. Avec une moyenne basse de 3-4 billets par mois, ce n’est pas mal.
Il m’est malheureusement devenu beaucoup difficile de rédiger régulièrement des critiques de dramas ; ces dernières me prennent beaucoup de temps qui est une denrée malheureusement parfois rare. Me mettre au bilan mensuel m’a permis de compenser en partie cela. En effet, chaque mois (ou presque), ces billets me permettent d’aborder rapidement les différentes séries que je regarde. Ça ne vaut pas une critique, évidemment, mais au moins je peux partager un peu autour de ces différents titres.

Beaucoup de retours positifs, en commentaires aussi, ce qui est motivant. La reprise de mon blog s’est accompagnée par un investissement plus important dans la communauté dramavore, essentiellement sur Twitter. Cet espace a été un excellent lieu pour rencontrer et partager avec de nombreuses personnes. Beaucoup d’entre elles et (quelques) eux s’intéressant aux dramas coréens, cela m’a encouragé a en essayé aussi. Oui. Et, depuis, j’en regarde beaucoup. Goblin n’a été que le premier drama d’une liste qui s’est fait de plus en plus conséquente (quand même 10 séries finies et 6 en cours de visionnage ou en pause, depuis avril !). Si les dramas japonais garde une place spéciale dans mon cœur, je n’ai plus aucune raison de reculer devant une série coréenne. Mes coups de cœur au pays du matin calme ont été nombreux, et je dois reconnaître aux Coréens une réelle maîtrise pour réaliser de très bonnes et très belles, visuellement parlant, séries.

Si on se penche sur des chiffres. J’ai rédigé 50 billets sur les douze mois de 2017, de 3 à 8 selon le mois ; 8 étant la pointe atteinte en décembre, de part la publication du Calendrier de l’Avent qui par son format m’était facile à tenir rapidement à jour au boulot (ouais, je sais, mais pas grâve). Ils se répartissent en deux grandes catégories : en tête des billets liés aux dramas, avec des critiques, des bilans mensuels de visionnage mais aussi des tops ou ceux concernant les éditions du #WEDramanimique ; viennent ensuite les billets musiques sur lesquels je vais revenir ; et aussi deux billets spécial blog que j’ai cités plus haut. Concernant les dramas, je vous invite à lire pour l’instant à lire mon édition du Calendrier de l’Avent (et visiter tous les blogs participants !). J’ai dans l’idée de faire un bilan plus classique, mais il n’est pas du tout prêt (et même pas commencé~).

J’ai enfin réussi à parler de musique japonaise. Yeah ! Cela me fait vraiment plaisir. Mon dernier bilan J-music 2017 m’a certes pris beaucoup de temps pour le finaliser, mais j’en suis content. J’aime les dramas, mais j’aime aussi énormément la musique japonaise. Quand je faisais un point en avril, je soulignais mon envie de partager sur le blog autour de cette passion. Et, depuis, c’est chose faite. Cela fonctionne même bien. Alors, de manière générale, j’ai moins de retour direct que pour des billets dramas, ce que j’explique assez bien. Mais, ce qui m’a réellement étonné au début, c’est le nombre régulier de visites sur le moyen et long terme concernant mes billets musicaux. Voici le top 5 des articles de cette année les plus consultés :
- la critique sur le k-drama Goblin (largement en tête) ;
- la présentation de la chanteuse japonaise Leo Ieiri ;
- le top 5 actrices japonaises ;
- le top 5 des dramas sur Crunchyroll ;
- et le spécial 100e billet.
Leo Ieiri
Ieiri Leo
Leo Ieiri occupe donc la seconde place ! Je ne m’y attendais pas. En fait, derrière ce top, il y a l’essentiel de mes articles musicaux qui suivent et qui sont par exemple généralement plus lus que mes critiques J/K-dramas (Goblin étant une exception, sans doute liée au grand succès de cette série). Cette bonne audience est d’autant plus motivante que la rédaction de ces billets est un véritable plaisir pour moi. J’essayerai de refaire des articles plus thématiques, comme celui autour de l’Anison ; j’aimerais aussi revenir plus souvent sur des artistes et groupes d’hier, comme je l’avais fait avec See-Saw.
Je sais que la musique coréenne intéresse bien plus que celle du Japon aujourd’hui, en particulier sur la toile ; il doit être plus facile d’échanger avec plus de monde autour de celle-ci. Je suis toutefois content si je peux déjà apporter ainsi ma petite contribution pour mettre en avant cette musique japonaise qui me plait tant.
Si vous avez des suggestions, des remarques, n’hésitez pas (et pas que concernant ces billets musicaux par ailleurs).

Bref, une belle année 2017. Le fait d’avoir été actif sur mon blog toute l’année est pour moi une réelle satisfaction (et une victoire). Et avoir pu partager autant avec vous toutes et tous, ici directement ou sur Twitter aussi, cela a vraiment été un grand plaisir, et j’espère que ça va continuer ainsi en 2018. Cette année passée n’a pas toujours été facile, alors trouver cet espace de liberté avec mon blog et la communauté de blogueurs/ses était bienvenu.
Je n’ai pas de grandes résolutions en tête en cette nouvelle année pour le blog, si ce n’est continuer à le tenir à jour régulièrement avec un contenu qui j’espère vous plaira ainsi qu’à moi-même. J’ai quand même dans l’idée d’essayer de rhabiller ce petit coin perso du web, je ne sais pas encore comment (et quand), mais le décor actuel ne correspond plus trop au contenu. Je dois y réfléchir. Puis, il y a quelques challenges auxquels je souhaite participer : reprendre celui des Top Five Dramas Addict lancé par Angel (j’ai pris tellement de retard sur mon programme...), puis aussi celui des Rattrapages de drama ! initié par Luthien.

Tout cela étant dit, tout en vous remerciant pour 2017, je souhaite vous adresser une nouvelle fois mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année, qu’elle soit riche en belles choses, et que vos blogs – pour celles et ceux concernés – soient prospères !

lundi 1 janvier 2018

Bilan J-music 2017 – partie 2

Sakurako Ohara - Bilan j-music 2017

2018 est enclenché, nous y voilà ! De ce fait, je profite de ce billet pour vous souhaitez à toutes et à tous une belle et heureuse année !
On va continuer ici avec la seconde partie de mon bilan de cette année 2017 en matière de musique japonaise. Si vous avez déjà lu le billet précédent, vous risquerez de retrouver quelques noms déjà cités - au hasard, Sakurako Ohara (ci-dessus~) -, mais cela sera avec des tops différents en particulier liés à mes achats de ces douze derniers mois. Bonne lecture ! 

Top J-Music 2017 : mes achats albums


Aoi Eir - Best-A-
Top 5 – Aoi Eir - Best-A-


Alors, je ne vais mettre cet album seulement à la cinquième place car c’est un best-of sorti fin 2016 (mais que je ne me suis donc procuré que récemment) et parce qu’il me manque aussi la deuxième partie avec le Best-E- qui contient l’autre moitié des titres. Un photobook, l’ensemble rangé dans un étui cartonné, fait de cette édition un bel objet. Si j’ai pris le Best-A- en priorité, c’est parce qu’il réunit plusieurs de mes titres préférées de cette chanteuse.
J’ai déjà parlé d’Aoi Eir assez récemment. Elle s’est éloignée de la scène à cause de sa santé, il y a un peu plus d’un an. J’espère vraiment la voir revenir prochainement, cela serait déjà bon signe pour elle, et puis ce serait vraiment un grand plaisir de l’entendre et la voir continuer chanter. Aoi Eir, vous devez connaître ce nom, surtout si vous aimez l’anison ! Si je devais faire un top chanteurs/ses, elle serait dedans à coup sûr, très haut.



DAOKO - Thank You Blue

Top 4 – DAOKO - Thank You Blue


Cet album réunit tous les titres que j’aime de DAOKO, tous les titres qui ont accompagné l’explosion de la popularité de cette chanteuse. C’est donc une sélection déjà vraiment cool. Je n’avais pas encore mentionné l’électro « ShibuyaK » ou le très efficace « Bang! ». Le deuxième CD contient des clips, mais ceux du précédent album ; je les ai encore assez peu regardés, mais c’est un ajout bien plaisant. Je suis seulement assez peu fan des boîtiers CD totalement cartonnés qui sont certes sympathiques à manipuler, mais ils tiennent assez mal sur une étagère et y ranger les disques est toujours plus compliqué (oui, pas tant que ça, mais bon).
La vidéo qui va suivre pourra vous donner une idée rapide du contenu de l’album et en même temps de la variété du style de DAOKO.


Ieiri Leo - 5th Anniversary Best
Top 3 – Ieiri Leo - 5th Anniversary Best


Le contenu de cet album est superbe. Leo Ieiri. Il réunit 18 de ses meilleures chansons, après déjà cinq de carrière malgré son jeune âge (23 ans). Et rien que pour cela, je ne peux qu’ajouter ce best-of à mon top. Je ne le mets pas plus haut car l’édition CD/DVD limitée est assez simple : sans coffret cartonné, ni même un photobook, ce qui est dommage. Le DVD contient toutefois un de ses concerts de sa tournée de fin 2016, et ce genre d’ajout, j’adore évidemment. Par contre, ce n’est pas cool de sucrer les MC du concert ; ces parties sont toujours chouettes à regarder pour apprécier l’ambiance et le contact avec le public. Quoi qu’il en soit, le concert devait être vraiment excellent ! Bref, un album à la forme classique mais au contenu excellent, Ieiri Leo oblige.



May’n - PEACE of SMILETop 2 – May’n - PEACE of SMILE


J’ai déjà dit que j’étais content de retrouver May’n. Et cet album  (dans son édition limitée type A) me plait vraiment. En l’écoutant la première fois, je me suis rappelé pourquoi j’appréciais autant cette chanteuse. Je me suis aussi rendu compte que j’avais un peu raté ses derniers titres, car il y en des vraiment chouettes. « Yamaidare Darlin’ » me plait vraiment beaucoup, alors que je l’avais si peu écouté auparavant. Le coffret de l’album, visuellement très chouette, est accompagné par un second CD contenant un single de deux pistes (avec les versions instrumentales), « ジェマイユ/Jemayle » est un beau titre, don l’ambiance colle bien avec le titre de l’album.
Si vous appréciez May’n, ne ratez pas cet album ! Par chance, son label a posté une assez longue vidéo promotionnelle :



Sakurako Ohara, VTop 1 – Sakurako Ohara, V


Pour le coup, je vais mettre en première place un second album de 2016, mais vraiment parce que c’est celui qui me tient vraiment à cœur. Je me le suis procuré dans sa version CD accompagné du DVD de son concert au Zepp DiverCity dont j’ai parlé en bien dans le billet précédent. Alors, en fait, cet album, je l’avais acheté une première fois sur iTunes. Mais mon affection pour sa musique grandissant à vitesse grand V (ohoh~), je devais me le procurer pour vraiment le tenir entre mes mains.
Et je suis vraiment content de l’avoir. C’est vraiment un très bel album ; j’apprécie particulièrement son boitier avec le devant découpé en forme de V pour laisser apparaître le très joli photobook (la version iTunes offrait d’ailleurs aussi un petit booklet).

Ne respire-t-elle pas la classe dans ce titre ? Oui, je suis fan, je sais~

Top J-Music 2017 : mes achats singles


Sekai no Owari, « Rain »

Top 3 – Sekai no Owari, « Rain »


Il est un peu plus difficile de juger les CD des singles (par rapport aux albums au contenu plus dense), au-delà de la simple appréciation de la musique principale. Les contenus sont généralement assez similaires si on prend l’édition classique ou celle avec CD/DVD (ou /bluray). Cette dernière contient souvent la vidéo du clip et quelques fois son making-of.
Le dernier single « Rain » de l’excellent groupe Sekai no Owari fait office d’exception à cette règle. En effet, le DVD ne contient pas le clip, mais un jeu... que je n’ai pas réussi à résoudre, ahah. Un jeu à énigmes, ok, mais en japonais, c’est un peu au-delà de mes compétences linguistiques. Mais j’aime cette originalité ! Et « Rain » est un titre assez fabuleux musicalement parlant ; Sekai no Owari fait si souvent de la magie avec leur musique. J’aimerais tellement vivre un jour un de ces concerts de fou, cela doit être un souvenir inoubliable.

(Version avec les images du film dont Rain est le générique)

Ieiri Leo, « Zutto, Futari de » (ずっと、ふたりで)

Top 2 – Ieiri Leo, « Zutto, Futari de » (ずっと、ふたりで


Deux balades vont conclure ce top (et leur classement est en fait assez facultatif, j’aime tout autant ces deux chansons en fait), la première est « Zutto futari de » de Ieiri Leo. Un titre que j adore. La musique est magnifique, le clip, par cette nature verdoyante, très beau. J’ai déjà assez longuement présenté ce single et ses différents titres sur le blog, donc je ne vais pas en dire beaucoup plus. Dans les plus agréables, je noterai quand même la présence sur le DVD (en plus du clip et son making-of) d’un second clip alternatif pour un de ses précédents clips « Sorezore no Ashita e ». J’apprécie tout particulièrement ces chansons qui te font ressentir plein d émotion. Mon seul regret, c’est la jaquette grise un peu triste, et pas trop dans les tonalités du clip.


Sakurako Ohara, « Sayonara » (さよなら)

Top 1 – Sakurako Ohara, « Sayonara » (さよなら) 


Je reviens vers la charmante Sakurako Ohara. Ce bilan pourrait se résumer avec son nom. Ici, avec son tout dernier single, une balade triste autour d’un amour perdu : « Sayonara ». Je suis un peu obligé de l’ajouter à ce top pour être un peu logique avec moi-même puisque c’est le seul single que j’ai acheté cette année en deux éditions pour être sûr d’avoir ce que je veux : les jaquettes, le clip et le making-of. Car, oui, ces deux dernières vidéos ont été divisés sur deux éditions différentes. Marketing. Oui, mais il y en a qui sont prêt à payer. Comme moi. Qu’importe. J’y ai trouvé mon compte. La musique est remplie d’émotion. J’ai bien apprécié aussi le making-of qui s’attarde un peu sur l’enregistrement de la musique en studio avant de montrer le tournage du clip.



J-Music 2017 : quelques artistes/groupes que je suis


Sans en faire ici un véritable top, je vais maintenant parler d’artistes ou de groupes que je suis depuis quelques années (plus ou moins nombreuses) et que je continue à beaucoup apprécier ou adorer aujourd’hui encore. Je ne vise pas du tout l’exhaustivité. Ce sont un peu quelques unes de mes valeurs sûres, je suis à peu près certain d’apprécier chacune de leurs sorties. Je ne vais pas citer de nouveau des noms des deux précédents top, car vous vous douterez bien que je les suis. Cela va me permettre aussi d’élargir un peu ma sélection musicale.

Hoshino Gen

Hoshino Gen


Exception dans cette liste, je n’ai découvert Hoshino Gen que cette année avec son titre ultra-populaire au Japon : « Koi » (dont j’ai acheté le single). Cette musique avait servi de générique au drama NigeHaji que j’ai vu au déjà de l’année. Et, franchement, j’aime beaucoup ce qu’il fait. Si j ai un peu moins accroché à son dernier « Family Song » (mais le drama Kahogo no Kahoko est très chouette), j’apprécie bien son style assez populaire mais très agréable. Puis, si on creuse, on trouve de très bonnes choses, comme avec son ancien groupe Sakerock.


Haruna Luna

Haruna Luna


La petite idol de l’anison. J’ai eu mon premier coup de cœur pour cette chanteuse avec une musique écrite par Yuki Kajiura (celle derrière les Kalafina). Mais Luna Haruna officie de manière plus générale dans une pop plus classique, mais une agréable pop qui me plait beaucoup. Elle a eu une année 2017 assez chargée, avec notamment la parution de son album Lunarium que j ai hésité à ajouter à mon top précédent. Aussi des singles avec « Stella Breeze » et son dernier « Kirameki Lifeline » très coloré (ci-dessous) ; je verrai si je ferai une présentation de ce single que je me suis aussi acheté (jaime bien la réalisation du clip).


charisma.com

charisma.com


C’est un duo dont je ne parle pas trop, mais pourtant que j’apprécie pourtant bien. J’appréciais en fait, mais j’y reviendrai. Avant de découvrir DAOKO, charisma.com était le seul groupe de (électro-)rap japonais que je connaissais. J’aime bien leur univers (elles avaient d’ailleurs eu droit à un épisode de Tracks de Arte l’année dernière). Parmi les sorties de cette année, il y a « not not me » que j’ai beaucoup écouté... 
Malheureusement, le groupe va se séparer ; l’annonce est assez récente... Un best album a été annoncé pour ce mois de janvier ; je me le prendrai. Je suis triste en tout cas.


The Heana Cat

The Heana Cat


Alors là, je pense qu’on est dans du pas-très-connu, sauf pour les téléspectateurs de Nolife. Pourtant The Heana Cat est vraiment de la très chouette musique, une pop gothique avec du bon rythme.
Si vous ne connaissez pas, essayez de faire un petit tour sur la chaîne YouTube de Hii-chan et Hina-chan, vous serez peut-être surpris. Cette année, on a eu droit au très chouette « Daijobu ». Allez, pas le plus récent, mais je ne me suis jamais lassé de « Natsukoi Hamaluya » :


LiSA

LiSA


Dans le monde l’anison, il y a quelques noms bien connus, LiSA fait partie de mes artistes préférées, même tous styles confondus. 2017 fut une belle année pour elle, aussi pour moi avec l’achat de l’essentiel de ses sorties (dont le dernier « Ash » au classe style classe avec ce visuel noir-rouge pour le clip, voir ci-dessous), sauf son single « Catch the Moment » (alors que je l’aime bien pourtant). Un album est même sorti, LiTTLE DEViL PARADE avec un beau contenu niveau musiques (mais j’ai acheté la version simple, je ne sais pas pourquoi...).
LiSA est à mes yeux une valeur sûre incontestable, une très bonne valeur dont la qualité musicale ne m’a jamais vraiment déçu. J’apprécie particulièrement ses capacités vocales et le rythme bien plus soutenu de ses chansons que chez nombre d’artistes pop/pop-rock. Elle a vraiment beaucoup d’énergie à revendre ; j’adore regardé ses lives. Elle fait ainsi partie de mon top artistes que j’aimerais un jour voir sur scène ; chaque année j’espère que Japan Expo annonce LiSA. Un jour !


Et pour 2018 ?


Quoi à venir pour cette année ? Étant donné que 2019 sera probablement un saut dans l’inconnu pour moi (avec un coucou à pôle emploi), du coup, je compte bien profiter de 2018 avant cette période de vache maigre. Je vais d’abord essayer de continuer à me procurer chaque single d’une poignée d’artiste que j’aime plus particulièrement. Sakurako Ohara, Ieiri Leo ou LiSA par exemple.

Je vais toutefois essayer de continuer à élargir encore un peu mon horizon musical. Doucement mais sûrement. Pour cela, je vais continuer à suivre la chaîne Nolife (à la télé ou sur Noco) et son J-top qui permet de découvrir régulièrement de nouveaux artistes ou de revoir des chansons qu’on avait un peu oublié. J’associe assez fortement la j-music en France avec Nolife ; ils ont fait énormément pour la musique japonaise, et j’y ai beaucoup appris, en me conduisant au-delà des simples limites de la musique des animés ou des jeux-vidéo. La j-music, c’est tellement plus que ça. Et si vous aimez aussi, je vous invite - si ce n’est pas déjà le cas - à voter au J-Top de Nolife pour défendre vos chansons, artistes et groupes préférés !

J’aimerais quand même bien me remettre un peu plus à jour en ce qui concerne l’anison ; ne plus regarder d’animé n’aide pas à rester dans le jus. J’aimerais aussi refaire des concerts... Mais cela sera sans doute encore une fois bien compliqué cette année, à part si ça colle avec des vacances en France (ce dont je doute). 
Question achats, au risque de pénaliser un peu plus mon porte-monnaie, j’aimerais cette année acheter des DVD ou Bluray de concert. À défaut de pouvoir les vivre au Japon, c’est toujours chouette de passer environ deux bonnes heures en compagnie des artistes qu’on apprécie, avec par procuration cette ambiance qui fait tant envie. Les coffrets japonais donnent souvent envie en plus.
En tout cas, l’heure des précommandes a déjà commencée, par exemple en février, il y aura le prochain album TIME de Leo Ieiri, ou aussi le prochain single de May’n.

***

Et vous, qu’en est-il de 2017 en matière de J-music ? Qu’avez vous aimé ou découvert ? Si vous êtes plus amateurs/trices de musique coréenne, n’hésitez pas aussi à partager, histoire de m’aider à découvrir cette musique.
Enfin, de nouveau, bonne année 2018 à tout le monde !